estanciaanita.jpg

La Patagonie

Arrivé un peu par hasard en Patagonie en 1995, j'y ai finalement posé mon sac pendant 1 an, d'abord attiré par cette atmosphère de bout du monde puis définitivement envoûté quand j'ai parcouru pour la première fois les sentiers du PN Torres del Paine. J'y ai donc presque naturellement exercé le métier de guide, avant de partir vers d'autres horizons sud-américains.

N'achetez pas cette veste Patagonia!

le .

Entreprise bien connue pour son engagement en faveur de l’environnement, Patagonia vient de frapper fort en publiant ce week-end dans le New-York Times une pleine page de publicité, dont le visuel était également repris en page d’accueil de son site internet : le message, « Don’t buy this jacket », est pour le moins assez éloigné des slogans habituels !

Ce qui pourrait passer pour de l’hypocrisie ou de la simple provocation si cela venait d’une autre entreprise, mérite dans le cas de Patagonia d’être regardé de plus près. On connaît l’étendue de leurs actions visant à réduire les impacts environnementaux de leurs activités, et leur vaste politique de sensibilisation des clients sur ces sujets. Loin de sombrer dans le greenwashing, Patagonia pose clairement une question essentielle : comment préserver notre planète et ses ressources si l’on continue à consommer sans compter ? Une question qui peut sembler étonnante lorsqu’elle vient d’une marque commerciale, dont l’objectif est de vendre toujours plus de produits.

Pour répondre à ce paradoxe, Patagonia ne se contente pas de poser la question, puisque la marque apporte aussi des éléments de réponse : n’acheter que ce qui est nécessaire, réutiliser les produits au maximum, les réparer quand cela est possible et les recycler dans le cas contraire. Et pour rendre tout cela viable pour les entreprises et non destructeur d’emplois, Patagonia propose tout simplement un modèle économique où les produits seraient de meilleure qualité pour durer plus longtemps, et où les entreprises intégreraient pleinement une activité de service après-vente et de réparation. La fin de la société du jetable ? En tout cas Patagonia est la première marque à poser le problème aussi clairement, et à aller jusqu’à en faire un axe de communication.

Après avoir récemment mis en place un partenariat avec eBay pour permettre à ses clients de revendre plus facilement leurs vêtements d’occasion, Patagonia leur propose désormais de s’engager à moins et à mieux consommer, à travers une opération appelée « Common Threads Initiative ». Une politique qui a en tout cas le mérite d’inciter les citoyens à s’interroger sur leur consommation, et sur les alternatives possibles à notre modèle actuel !

Plus d’infos :
-  le site français de Patagonia ici
-  le blog américain des employés de Patagonia ici

--------------

Source de l'article: http://www.marketingdurable.net/patagonia-communique-a-contre-courant