Официален блог на WebEKM EKM очаквайте сайта онлайн скоро.

Download Free Templates http://bigtheme.net/ free full Wordpress, Joomla, Mgento - premium themes.

La Cité des Césars

le .

"Trapananda. En 1570, le gouverneur du Chili, don García Hurtado de Mendoza, avait conclu avec regret que les rumeurs au sujet de grands gisements d'or et d'argent au sud de La Frontera, dans le territoire dominé par le mont Ñielol, et d'où les Mapuche, Pehuenche et Tehuelche avaient entamé une guerre de résistance qui se prolongerait depuis plus de quatre siècles - ils furent les premiers guerrilleros d'Amérique - n'étaient rien de plus que des racontars fondés sur des supercheries.

Don García Hurtado de Mendoza n'éprouvait qu'un médiocre intérêt pour les métaux précieux. C'était un agriculteur et, comme beaucoup d'autres conquistadors espagnols - notamment Pedro de Valdivia - il avait constaté avec satisfaction que le potentiel agricole des terres situées au nord du río Bío Bío était illimité. Là-bas, tout poussait. Il suffisait de lancer des graines et la terre fertile se chargeait du reste.[...]. Tout poussait sur ces terres, mais l'Espagne réclamait de l'or et de l'argent, si bien que don García décida d'accorder quelque crédit aux richesses dorées et argentées.

La soldatesque parlait d'un mystérieux royaume de Tralalanda, Trapalanda ou Trapananda, dont les cités étaient pavés de lingots d'or et les portes des maisons tournaient sur des gonds de pur d'argent. Certains allèrent jusqu'à affirmer que Tralalanda, Trapalanda ou Trapananda n'était rien moins que la mythique Cité des Césars, une sorte d'Eldorado austral. Enfin, les rumeurs soutenaient que ce royaume prodigieux s'étendait au sud du Reloncaví, à quelque mille deux cents kilomètres de la jeune capitale chilienne. Don García Hurtado de Mendoza mit donc sur pied une expédition commandée par l'adelantado Arias Pardo Maldonado, à laquelle il confia la mission de conquérir, au nom de la Couronne d'Espagne, le royaume de Tralalanda, Trapalanda, Trapananda ou comme on voudra.

Nul historien n'a pu prouver qu'Arias Pardo Maldonado avait foulé les terres au sud de Reloncaví - Patagonie continentale - mais dans les Archives des Indes, à Séville, on peut lire des actes rédigés par l'adelantado: "Les habitants de Trapananda sont grands, monstrueux et velus. Leurs pied sont aussi longs et démesurés que leur démarche est lente et maladroite, ce qui fait d'eux une cible facile pour les arquebusiers. Les gens de Trapananda ont des oreilles si grandes qu'ils n'ont pas besoin pour dormir de couvertures ou de vêtements protecteurs, car ils se couvrent le corps avec leurs oreilles. Les gens de Trapananda dégagent une telle puanteur et pestilence qu'ils ne se supportent pas entre eux, de sorte qu'ils ne se supportent pas entre eux, qu'ils ne s'approchent, ne s'accouplent ni n'ont de descendance."

Il importe peu de savoir si Arias Pardo Maldonado découvrit Trapananda et s'il foula le sol de la Patagonie. Avec lui naît la littérature fantastique du continent américain, notre imagination débridée, et cela suffit pour lui accorder une légitimité historique. Peut-être arriva-t-il en Patagonie et séduit par ses paysages, a-t-il inventé ces histoires d'êtres monstrueux pour éviter d'autres expéditions. Si telle fut son intention, il a pleinement réussi, car la Patagonie chilienne resta un territoire vierge jusqu'au début de notre siècle, où commença sa colonisation."

-------------------

Extrait de:
LE NEVEU D'AMERIQUE
Sepúlveda (Luis), 1996, Métailié, pp 90..93.

Onlain bookmaker bet365.com - the best bokie